Parce que dans le fond, je suis juste une fille, pis je l’ai probablement cherché

Il ne m’est jamais arrivé de me faire plaquer dans un coin contre mon gré. De recevoir la visite d’une main dans mon pantalon sans qu’elle y soit invitée. De me faire enfoncer une langue que je ne connais pas dans la bouche. De dire non sans qu’on m’écoute. De me faire lancer des propos qui me diminuent. De me sentir coincée sous l’étreinte d’un homme, sans savoir comment me sortir de là. De tenter de repousser une masse trop lourde pour mon corps.

Mais…Lire la suite »

Publicités

Apprivoiser son SPM et se lier d’amitié avec ses hormones

Y’a rien de nouveau. Hier, d’atroces boutons ont poussé en plein milieu du front et sous le nez. L’insomnie est revenue, le mal de dos aussi. Aujourd’hui la concentration n’était pas au rendez-vous, et l’irritation l’était un peu trop. T’avais l’impression de ne rien comprendre et que PERSONNE ne te comprenait. Ton repas santé équilibré, tu l’as mangé, mais tu as encore faim pour une poutine format familial, extra soucisses. T’as mal au corps, t’es balounée, ankylosée et fatiguée, mais en même temps t’irais courir 10 km et varger à grands coups de genoux dans un punching bag. T’es incapable de prendre une décision pour quoi que ce soit, pis tu cherches tes mots parce que le cerveau spinne plus vite que son ombre. T’es pas toute là. Et t’es surtout pas toi-même. Quand quatre petits carrés de chocolats réussissent à solver tous les problèmes de l’humanité qui survenaient 15 minutes plus tôt, ne cherche pas. C’est encore cette période du mois. #alloSPM‬ ‪#‎fuckToute‬Lire la suite »

Être une femme, en 2016, ça veut dire quoi?

Il y a quelques jours, on célébrait la journée internationale des femmes. Pendant une journée, on souligne le travail de toutes les femmes. Celui qui a été fait avec acharnement hier, mais aussi celui qui persiste aujourd’hui. Et celui qui se fera demain. Parce que ce travail, il est sans fin.

Après avoir écrit un billet chez Les inspirés, et un petit mot partagé pour le projet Nous sommes féministes, je me suis dit qu’il fallait bien entendu souligner le travail des Jeunes adultes responsables! Je me suis questionnée beaucoup. J’ai parlé, discuté et échangé avec beaucoup de gens… vraiment toutes sortes de gens. J’avais besoin de comprendre ce que signifie être femme, en 2016. Pour cela, faut comparer avec hier. Et se fixer des objectifs pour demain.

Lire la suite »

Ça prend quoi, pour être un adulte?

Lundi dernier, je prenais un verre avec mon enfant et ses amis. Ok, je vous arrête tout de suite, c’est pas mon enfant pour vrai. En janvier 2014, mon amie Emilie et moi, accueillions à l’appart une petite Française qui était venue étudier pour un an. Elle terminait son bac en théâtre. Blandine est plus jeune que moi, d’environ 5 ans, et malgré la différence « vie étudiante » et « vie de bureau », on s’est tout de suite aimées! Faut dire qu’avec les mêmes intérêts, c’était facile. Et puis, elle me ramenait à mon mode de vie à l’européenne du temps où je travaillais à Paris. Blandine, mon meilleur ami François et moi, on a passé beaucoup de temps ensemble, cette année-là. Subitement, lui et moi, on est devenus papa et maman, et elle, notre enfant. En blague, mais quand même. Parce que pour l’avoir vécu, quand on est ailleurs pour une longue période de temps, on a besoin de se retrouver une famille temporaire. Ça ground.

Y’a un mois, voilà pas que ma chouquette débarque au pays en visite parce qu’elle s’ennuyait du Québec. (Parait qu’on est si attachants!) Lundi, c’était son pot de départ avant qu’elle retourne à la maison, où elle entamera son master. Je me retrouvais donc avec l’enfant, son copain, ses 3 amies de théâtre et le copain de l’une d’entre elles.

Lire la suite »

Le b.a.-ba de la bienséance : comment réussir son bachelorette party

Le mois dernier, on parlait du comment essayer de faire bonne allure dans un mariage. J’espère que certains auront eu la chance d’appliquer les règles! Les mariages commencent à popper dans mon entourage, c’est assez beau à voir! Et c’est là qu’on se rend compte à quel point c’est une grosse machine. Parce que oui, il y a la célébration du love en soi, mais il y a aussi la préparation, les mille petits guidis on the side pis les mille autres party pré-mariage. Le soulignage de la fin de vie, avec du gros highlighter jaune fluo, il est quelque chose!

Il y a deux semaines, j’ai eu le plaisir d’être invitée au bachelorette party d’une amie. C’était mon deuxième enterrement de vie de jeune fille à vie. Avec ma « très grosse expérience », je crois être en mesure de vous expliquer ça pas pire correct.Lire la suite »

Le b.a.-ba de la bienséance : comment faire le bon effet dans un mariage

Quand on devient une Jeune adulte responsable, certaines étapes de vie s’enchaînent rapidement. Fin des études, maison, mariage, bébé. Dans l’ordre ou dans le désordre, comme tu le feels. Depuis quelques années, c’est ce qui se passe dans mon entourage. L’été dernier, on assistait au mariage d’une amie de la gang de l’université. Le premier d’une très probable longue série. (Pas pour elle, mais pour le groupe… Je pense même partir un pool bientôt pour deviner qui sera la next.) Les derniers mariages auxquels j’ai assisté étaient ceux de mes oncles. J’avais genre 9 ans, j’y avais récité un texte et j’y ai eu un rôle de semi-bouquetière, où je m’amusais à essayer de mettre le pied exactement à l’endroit où ma tante avait posé le sien l’instant d’avant, durant sa walk down the aisle. (Tsé, la dummée sur la vidéo qui marche un peu comme un robot, c’est moi!) Bref, cette belle journée de juillet 2014, c’était la célébration de quelque chose de beau pour mon amie, et pour nous, c’était une occasion pour se retrouver, toutes habillées en ladies.

Un mariage, pour moi, c’est avant tout une journée où l’on rassemble tous les gens qu’on aime, tous ceux qui sont importants dans notre vie. C’est une journée pour célébrer l’amour. Mon amie avait demandé à son frère d’être célébrant. Son speech était à la limite du fantastique, la même qui te fait ovuler tellement c’est beau pis plein de ressentis. Il racontait que l’amour, c’est quelque chose de plus grand que soi, dans lequel on s’abandonne avec confiance vers l’autre. Ça m’avait frappé, parce que je venais tout juste de terminer Born Weird, mon deuxième roman de Andrew Kaufman (ben oui, encore lui!). Dans le livre on pouvait lire un principe assez semblable :

“No one gets found in love. Everyone gets lost in it. Because love is overwhelming. Its beyond your control. You have to relinquish control to be in love. And that’s a good thing. There’s a beauty to being lost in something bigger than you.”

Lire la suite »