Survivre à janvier : le syndrome des résolutions qui tiennent pas debout

Bonne Année!

Ça y est, voilà, c’est fait : on est en 2016! Hiiiiiii! (Cri de petite fille de 8 ans qui vient de recevoir un poney pour sa fête.)

Cette année, 2015 aura été pour moi une année de grand vent. De hasard prédestiné, de rencontres significatives. Les 12 derniers mois ont été une succession de beau, de grand, de laid, de triste, d’amer, de doux, de sucré, de festif. D’humain. Bref, de tout! Et en décembre dernier, j’ai décidé de vivre 2015 jusqu’à la dernière goutte, histoire de commencer 2016 en force et en plein cœur de l’action.

J’ai poppé des bulles avec des amis sur un décompte au dixième de seconde près, je me suis couchée à 5 h du matin. Sérieux, je ownais 2016 par la cravate tellement c’est beau la vie! Et c’est un doux rappel de Mère Nature qui se la joue en mode grosse conne et d’un revival de rhume qui m’a réveillé à 13 h, le 1er janvier. Des douleurs de madame pis de la morve pour mon premier jour de l’année… Débuter ses règles un 1er janvier, on gagne-tu un prix, pour ça? C’est un signe quelconque de chance? Je vais faire semblant que oui, parce que mon biscuit chinois de chance de Jour de l’An me disait que j’allais être inondée de chance.

Maintenant, c’est le retour à la normale. On s’entend, rendu au 6 janvier, ça fait une semaine que 2016 est arrivée, on en est bien revenu, on l’a vécu. C’est le temps des choses sérieuses.

Avec une nouvelle année viennent inévitablement les résolutions… qu’on ne tiendra pas.

Préparer ses résolutions

Calme-toi, respire, prends un papier pis un crayon, crache dans tes mains, retrousse tes manches et écris. Là, por favor, ne te garroche pas dans les résolutions utopiques qui jouent dans le flou-mou-pas-clair! À partir de maintenant, on joue dans la ligue des grands. Laisse faire les 15 résolutions que tu t’es données le 1er, à 2 h du matin, encore chaudaille du mousseux avec lequel tu as trinqué!

Si ta liste ressemble à « manger mieux, bouger plus, lire plus, être moins sur Facebook, pis avoir un chat », faut qu’on jase…

Personnellement, je ne tiens plus de résolutions depuis quelques années. Je me fixe des idées, ou des activités que j’aimerais faire. En regardant ma liste de l’année dernière, j’ai réalisé que c’était pas vraiment mieux… Exemple? Exemple! Toute l’année, cette liste (pas mal vraiment toute croche) a traîné sur mon frigo (pis j’ai mis entre parenthèses ma réaction au moment de vous écrire live-là) :

Ce que je veux pour 2015

(Ouais, j’aurais pu me forcer pour le titre, j’imagine que je trouvais ça épuré, direct, droit au but.)

  1. Sourire tous les jours. (Dans le genre, même si ça ne va pas bien, prendre le temps de sourire.)
  2. M’auto-suffire. (Clairement en mode « J’ai pas besoin d’un homme dans ma vie pour être heureuse, yo! ».)
  3. Être heureuse. (Résultante des points 1 et 2, vraisemblablement.)
  4. Rencontrer un homme avec qui ça cliquera. (En mode « totally point 2, mais tsé, ça serait vraiment le fun de commencer à partager ma vie avec quelqu’un, lààààà, siouplait, petit Jésus! Je demande pas la lune! Juste UN avec qui ça clique! Mais, heum, ça va, hein, pas de stress, ça arrivera quand ça arrivera. »)
  5. Travailler sur mes projets créatifs. (Idée tellement pas claire. J’avais bu combien avant de faire ça?)
  6. Faire de la photo. (Parce que point 5 avait besoin d’être sous-catégorisé?)
  7. Être une machine de guerre au bateau dragon. (Manger, dormir, parler et rêver en mode dragon, ouais!)
  8. Jouer du ukulele. (Trip passager. Je n’ai même pas effleuré l’instrument. Je voulais retrouver la musicienne en moi.)
  9. Aimer la course à pied. (J’ai couru. Un peu. Est-ce que j’ai aimé ça? Peut-être deux fois.)
  10. Aller nager. (Ça non plus, j’ai pas fait.)
  11. Chanter, danser, sourire. (Vraiment, on réitère l’importance des points 1 et 3, ici!)
  12. Sortir mon blogue. (Alors là, oui!)
  13. Aimer. (Abusivement relié au point 4. Beaucoup d’amour cette année… pour les amis.)
  14. Passer du temps de qualité avec ceux que j’aime. (L’entièreté de mon année!)
  15. Décorer mon appartement. (Work in progress tout au long de l’année, mais je l’ai fait!)
  16. Faire de l’origami. (Une amie m’a montré comment faire une robe vintage. J’ai trippé.)
  17. Continuer à m’entrainer. (Ouais…)
  18. Faire un numéro burlesque. (Dans mon salon, les rideaux fermés, ça compte-tu?)

Ce qui va pas là-dedans? Pas mal tout!

De un, 18 pas-résolutions, ça ne tient pas debout. Il n’y a que 12 mois dans l’année, ça ne fait pas beaucoup de temps pour chaque. Deuxio, la moitié de la liste n’est pas concrète du tout. « Être heureuse. » Ok, oui… mais comment? Quels sont les moyens que j’ai pris, cette année, pour être heureuse? Bref, je me rends compte qu’en fait, j’ai juste pitché un tas d’idées sur une feuille et j’ai laissé la vie aller. Le tri s’est fait naturellement.

Résolutionner ses résolutions

Donc voilà, ce qu’il faut retenir, en fait, c’est qu’on ne peut pas TOUT faire en même temps.

  1. Se fixer 1 ou 2 (ou 3 mettons) objectifs concrets.
  2. Déterminer les actions et les moyens qui permettront d’atteindre ces objectifs.
  3. Se faire un plan de match.
  4. Suivre son plan de match. Sans tricher, en restant authentique et vrai face à nous même.

Vous connaissez le principe Don’t Break the Chain? Solange en parlait dans une de ses vidéos. Ça, c’est un excellent moyen de garder ses objectifs en tête.

Voir au-delà des vœux vides de bonheur, de santé et de prospérité

On se donne des objectifs, mais il faut aussi penser aux autres.

Si j’ai décidé en janvier dernier que 2015 serait l’année de la révolution, cette année, je mets en branle l’année de l’application et de la concrétisation. Faire ce que je dis. Vraiment. Et le faire mieux. Apprendre à en prendre moins. Puis travailler sur ce que je veux réaliser. (Prendre au sérieux mes projets, dans le fond!)

Donc cette année, je vous souhaiter santé, bonheur et prospérité, mais pas vraiment non plus. Je vous souhaite une année de lumière. Je vous souhaite d’avoir le sentiment d’être bien, d’être mieux (dans votre corps et dans votre tête). Puis des petits moments de plénitude. Je veux vous souhaiter des surprises. Des sourires dans les yeux, des baumes sur le cœur, des fous rires qui font mal au ventre, des câlins sincères, des mains qui s’entrelacent. Et je vais vous souhaiter d’atteindre un des objectifs de votre liste. De pouvoir dire, le 1er janvier 2017 « Ouep! 2016 était pas comme je pensais, mais malgré tous les rebondissements, je l’ai fait! »

Une amie que j’adore m’a souhaité ça pour cette année, pis je la trouve dont fantastique.

« J’te souhaite un mâle. Parce que criss, tout le monde dit que l’important, c’est la santé, mais au bout du compte, c’est un fucking mâle que tu veux. »

Bonne année, vous!

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Survivre à janvier : le syndrome des résolutions qui tiennent pas debout

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s