Les bons moments de Jeune adulte responsable en 2015

Cette année, j’ai décidé de vivre 2015 jusqu’à la dernière goutte. Je me suis dit que j’évaluerais toute la portée de mes actions le 1er janvier (ou le 2, si j’étais trop scrap de la veille à cause du trop de bubblé -le mousseux, pas Michael). Le moment de la rétrospective est maintenant arrivé!

En janvier dernier, j’ai débuté l’année en clamant haut et fort que 2015 serait l’année de la «revolución»! (À lire avec l’accent espagnol, ça fait plus cool.) Je voulais que ça bouge. Gros. Pis plus fort qu’à l’habitude. Ça faisait maintenant 2 ans que j’étais établie dans ma belle ville de Québec. J’avais mes bases, mes habitudes, mes endroits. Il était temps pour moi d’avancer un peu plus. De mettre en branle des projets concrets.

Je vous raconte tout ceci, pas nécessairement pour vous parler de ma vie, mais simplement pour mettre en lumière une idée :

Une année est remplie de surprises. Bien souvent, il ne faut qu’un petit élément pour déclencher une avalanche.

Aussi, une année n’est pas couverte que de bons ou de mauvais moments. Je n’aime pas trop les rétrospectives parce que j’ai l’impression qu’on étiquette trop vite une idée : «2015 était la plus belle année de mon existence», ou encore, «2015 a été une vraie année de marde, j’aimerais l’effacer complètement de ma vie». Faut pas. Une année, c’est un ensemble d’événements qui se succèdent et qui nous font grandir.

Pour revisiter mon année, j’ai fait un exercice que j’ai découvert sur la chaîne Youtube de Max’stache. (Le gars est cool, pis il a une belle moustache.) Le principe est simple : faire la liste de tous les bons moments de l’année et n’en garder qu’un pour chaque mois. Mais comme j’aime pas faire comme tout le monde (pis que 1 seul événement par mois, c’est trop tough), je la brasse à la sauce GPS.

En résumé, j’ai passé l’hiver sur le pilote automatique. Avec une routine routinière assez stricte, des activités prévues au quart de tour, des fins de semaines réservées à l’entraînement et à mon club de bateau-dragon. Et, à partir du mois de mai, à partir de mes 28 ans, tout a déboulé : les projets, les idées, les rencontres, les découvertes, les nouveautés. L’équilibre.

Mise en garde : J’ai tenté de faire court, mais, c’est loooong, 12 mois!

Janvier

Pour le jour de l’an, mon père et ma belle-mère nous payaient un week-end à Québec. C’était un peu drôle de dormir à l’hôtel dans sa propre ville, mais la soirée en famille était chouette. Compte tenu du fait que presque tout le monde était malade, j’ai terminé la soirée près de chez moi en prenant une bière avec mon bébé-frère. On a eu un bon moment juste tous les deux, en tête à tête, pour parler de nos vies. C’était vraiment génial de se retrouver et de parler « pour vrai ».

Février

En février, j’ai reçu la visite de ma cousine, de son copain et de ses deux mousses. C’était le cadeau de Noël des garçons : un week-end à Québec chez matante Marie à faire du camping dans le salon. Nous avons passé une journée à l’extérieur et au musée. C’était tout simple, mais ça m’a rappelé à quel point la famille est importante et combien ces petits moments font toute la différence dans une vie. Mon rôle de matante cool, il est génial.

Mars

J’ai passé un week-end en retraite d’écriture, dans un chalet au Saguenay avec un ami. J’avais apporté un roman et mon ordinateur pour avancer les nombreux projets que j’avais en tête. Au final, j’ai fait de la raquette, j’ai joué aux cartes, j’ai dormi 14 heures… et je n’ai pratiquement pas touché à ce que je devais faire. Le lac, la nature, le silence et la chaleur du feu de foyer étaient assez pour moi! Quelques fois, faut juste assumer qu’on a besoin d’un break de la vie et profiter du moment présent.

Avril

L’hiver dernier, j’ai fait quelque chose qui trônait sur ma « To Do list » depuis très longtemps : devenir prof d’aérobie. Le dimanche matin, je donnais des cours de cardio-abdos-fesses-de-fer. Ce n’était pas toujours facile de se lever tôt, de braver le froid à pied, mais du moment que j’ouvrais mon micro et que je laissais jouer ma musique quétaine, on était partis pour deux heures de plaisir et de partage avec des femmes exceptionnelles. À la fin de la saison en avril, j’ai recruté une de mes élèves dans mon équipe de bateau-dragon. Elle dégageait cette belle énergie que je retrouve avec les rameurs. À l’automne, quelques mois plus tard, elle est venue me remercier, en m’indiquant que mon cours était le début de sa remise en forme, qu’elle avait énormément progressé et qu’elle avait perdu du poids. Quelques fois, sans même s’en rendre compte, on fait une différence pour les gens. Et c’est la plus belle récompense qui soit! (Merci, belle dragonne souriante!)

Mai

Le mois de mai a été, d’une certaine façon, mon coup de départ pour bien des choses! Difficile d’en choisir un, alors mai est au complet est un bon moment! C’était mon anniversaire, que j’ai pu fêter en grand avec des amis et la famille. J’ai aussi participé à une course à pied avec trois amies. On a eu du plaisir comme ça se peut pas! (C’était ma première à vie et je n’aime pas courir, alors j’étais satisfaite de la faire au complet.) Je suis partie quelques jours en camp d’entraînement de bateau-dragon. Finalement, j’ai eu le plaisir de partager avec un ami qui m’a donné le petit coup de pied aux fesses qui me manquait pour finaliser le blogue! C’est en mai que la magie du mercredi est devenue un peu plus présente dans ma vie.

Juin

Je triche, il y a eu deux gros événements positifs dans ma vie en juin. Premièrement, le lancement du GPS. Honnêtement, je ne m’attendais pas à autant aussi rapidement. Vos messages d’encouragements et vos commentaires m’on fait chaud au cœur et m’ont confirmé que j’avais bien fait d’enfin démarrer ce projet. Aussi, à la fin du mois, j’ai eu la chance de partir avec 40 des rameurs du club de bateau-dragon, pour participer aux championnats canadiens à Welland, en Ontario. Ça a été une expérience mémorable du côté sportif, mais aussi du côté humain. Et j’ai découvert que, peu importe notre âge, quand on a une passion, c’est important de la vivre au complet!

Juillet

C’est en juillet que j’ai rencontré la gang des Inspirés lors d’une journée rallye dans la basse-ville de Québec. J’ai été ébahie par la facilité des échanges et l’approche des gens. J’en suis sortie la tête pleine de projets, le cœur chargé à bloc! J’y ai découvert des gens fantastiques, qui sont aujourd’hui de très bons amis. Ils partagent mon quotidien, mes joies et mes questionnements. Ils m’amène à me dépasser. C’est une deuxième famille, tout comme celle du bateau-dragon.

Août

En août, mon ancienne coloc, mon enfant de plus de 20 ans, est revenue au pays pour nous visiter. Je suis allée la chercher à l’aéroport un mercredi et j’ai passé deux belles soirées en sa compagnie pendant sont périple à travers le Québec. C’était comme si elle n’était jamais partie et ça m’a fait un bien fou de la revoir.

Septembre

Encore une fois, il y a eu un lot de bons moments . Le Braincamp, où j’ai fait des rencontres mémorables. La dernière compétition de bateau dragon, pendant laquelle on a rapporté un trophée à la maison. Mais, surtout, il y a eu le concours lancé par le Festival de cinéma de la ville de Québec et la réalisation d’un court métrage qui en découlait. Deux journées en vélo électrique pour faire Sherbrooke-Québec avec un ami que j’adore. Une journée pour effectuer le montage, terminer la narration, enregistrer les voix et tout et tout! La vidéo a eu une belle réception du public, on était très heureux et fiers!

Octobre

Bien honnêtement, octobre a été tout sauf joyeux. J’ai perdu une amie, une coéquipière de bateau-dragon. C’est inévitablement l’événement le plus intense de mon année. J’ai principalement passé le mois à pleurer et à me demander à quoi servait la vie; la mienne et celle des autres.

Alors non, ce n’est pas vraiment un « bon moment » tel quel, mais reste que j’ai beaucoup appris de tout ce qui a suivi. J’ai réussi à évacuer une partie de ma peine en écrivant un billet pour elle sur le blogue. Malgré la tristesse et le sentiment de vide que j’ai pu vivre pendant les semaines qui ont suivi, vos commentaires et vos partages ont réussi à me remplir d’un certain bonheur. Vous avez été plusieurs lire et à le partager mon histoire et je vous en remercie du fond du coeur. J’ai eu la chance de recevoir des témoignages de la part d’inconnus et d’amis qui sont venus me toucher droit au cœur. En date d’aujourd’hui, ce billet est le plus populaire du GPS, avec plus de 9 760 vues, soit au moins 10 fois plus que la moyenne des autres billets!

Ce mois-là, j’ai découvert que, si j’y croyais vraiment, je pouvais faire quelque chose de bon et de bien avec ce blogue. J’ai réalisé que mes écrits touchent vraiment les gens, et ça confirme que je suis sur la bonne voie. Je vous ai dit merci, déjà?

Novembre

À la fin du mois, un autre gros événement est arrivé dans ma vie. Très positif cette fois-ci : j’ai changé d’emploi. Coup de foudre total! Après bien des détours, j’ai enfin trouvé ma place. Je suis amoureuse folle dingue de mon nouveau travail. À 28 ans, je peux dire que je suis enfin sur mon X. Et c’est plus que satisfaisant.

Décembre

En décembre, j’ai prit une pause. Pour relaxer, pour les milliers de soupers de Noël de job ou avec les amis et la famille. J’ai voulu passer du temps de qualité avec ceux que j’aime. Mais, si vraiment je dois trouver quelque chose, je dirais que la finalisation de la décoration de mon appartement est un petit plus dans mon mois: installation de mon mur inspiré et virée exotique et amusante au IKEA avec un ami. J’ai enfin pris le temps de le décorer pour que ça devienne mon vrai chez-moi, pas un simple appartement. Il est plus vivant que jamais! Habiter dans un endroit où l’on se sent bien, ça change pour beaucoup! (Ça pis Star Wars… quand même! :P)

Ce que je retiens, de cette année de feu, ce sont les connexions que j’ai pu faire. Beaucoup de rencontres significatives, beaucoup d’amitiés qui se sont forgées tout au long de l’année et beaucoup de projets ont vu le jour. J’ai appris que la collaboration et le partage sont des vecteurs de changement et de mouvance puissants. Mon année 2015 a été synonyme de création, d’équilibre, de remise en question et d’alignement. Tout ça, pour me préparer à 2016, qui risque fort d’être encore plus belle.

Sur ce, je vous souhaite une magnifique année. Je vous invite à faire le même exercice pour 2015, si ce n’est pas déjà fait. Je suis certaine que vous verrez à quel point on apprend, dans une année! (Hands up si vous avez réussi à tenir tout ce billet!)

Publicités

2 réflexions sur “Les bons moments de Jeune adulte responsable en 2015

  1. T’es si inspirante Marie-Claire! J’aime te suivre du coin de l’oeil sur Facebook ou sur ton blogue, c’est toujours une petite étincelle de motivation. Je te rappelle que t’as du foie gras dans mon frigo…je sais pas si c’est encore bon, mais c’est toujours un bon prétexte pour un café 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s