Survivre au dernier jour de décembre : le sprint final de l’année

Décembre est arrivé un peu trop vite! Je sais pas pour vous, mais il me semble qu’octobre, c’était hier (on s’épargne les jokes plates de température de la semaine dernière, ok?). L’automne a fly-binné (oui, j’ose) comme ça se peut pas. Mon horloge personnelle est en novembre, mon calendrier m’indique qu’on est en fait à la fin décembre pis j’ai pas encore acheté celui pour 2016. Pas de panique, y’a pire dans la vie!

Le 31 arrive plus vite que son ombre et le 1er va tirer le premier! Le 30. On est le 30, pis on est mercredi. Pis demain, on fête. Demain, on se met beau, on se rassemble avec ceux qu’on aime pour dire beu-bye à l’année qui vient de s’écouler et accueillir la nouvelle en remettant les pendules à l’heure et les décomptes à zéro. On recommence à neuf! On laisse de côté ce que l’on n’a pas aimé et on garde juste le bon.

Au delà des bottes dans le bain, de l’overdose de sandwichs pas de croûtes, des odeurs mélangées des parfums de matantes, et des becs mouillés un peu trop proches de la bouche, je trouve qu’il y a quelque chose de magique à la fête du Jour de l’An. Que vous la passiez en famille ou entre amis, voici quelques règles à suivre.

Le Guide de la belle visite, tu appliqueras

Sois pas le dernier parti, c’est désagréable. Passé 2 h 30 du matin, ton hôte, il veut juste aller se coucher. Mais reste au moins pour le décompte! Y’a rien de plus insultant que quelqu’un qui part à 23 h 14 un 31 décembre. Man, come on, force-toi!

Du bol à punch, tu n’abuseras pas (trop)

Comme pour tout événement, vas-y avec modération sur l’alcool! On ne voudrais pas que…. ah! pis qu’est-ce que je dis là? L’année se termine, c’est le moment de faire la fête! Partyyyyy! T’as ben le droit de boire comme un trou si ça te tente! En autant que tu aies tous tes vêtements sur le dos, et que tu ne mettes pas en feu la moumoute de mononc’ Gilles, ça va!

Les questions malaisantes, tu éviteras (en poser, comme y répondre)

Les célibataires me comprendront sur celle-ci… on ne peut jamais se sortir vivant d’une célébration familiale sans entendre un « Pis toi, il est où ton petit chum? T’as pas de p’tit chum? » de la part de matante Ginette, de ta grand-mère qui est ben trop pressée de voir et connaître ta progéniture ou de mononcle Gilles que tu vois une fois par année.

  • Ben non! (Tout doucement renvoyé à l’interlocuteur, sourire aux lèvres, dards en feu dans les yeux qui crient « Tayeule, tayeule, tayeule, tayeuuuuule! ».)
  • Oui. Mais il passait les Fêtes dans sa famille, en Génovie. (C’est correct, t’as de droit de vivre dans ton petit monde de Princesse…)
  • Ben oui. Mathieu il est juste là, à côté de moi. (Afficher un grand sourire un peu creepy en flattant le dos du chum imaginaire assis à la place libre près de toi, à table. Et ajouter « Quoi mon cœur? Tu veux un peu plus de sauce sur tes patates? Tiiiiieeens! ».)
  • Ben non, grand-maman, moi c’est les filles que j’aime. (Possible crise de coeur assurée.)
  • D’après-toi? J’ai tu l’air en couple? Pis tu sais ben que si j’étais en couple, ma mère t’aurait appelé pour te le dire! (Sortie dramatique, trempe ta tasse dans le bol à punch et bois pour oublier.)

Il y a aussi la version pour les jeunes couples…et, étrangement, elle fonctionne aussi pour les célibataires : l’avenir de la lignée familiale 

L’an dernier, on s’amusait à cajoler Alice, bébé-fruit-des-entrailles de ma cousine, fraichement arrivée sur Terre. Un bébé naissant, c’est beau, c’est doux, ça sent bon. C’est du p’tit bonheur tout rose qu’on s’arrache des mains. Pis lààààààà, vient le moment ou ta môman prend ladite nouvelle petite bulle d’ange fantastique dans ses bras. Elle est obnubilée par cet être humain qu’elle adore déjà et se remémore de vieux souvenirs du temps où tu ressemblais à ça. Elle ne voit que les beaux moments, bien entendu. La tension monte, on le sent à son sourire, à sa tête qui se lève, à ses yeux qui cherchent les tiens, les croisent et puis…. BAM! LA question brique-fanal dans face : « Pis, quand est-ce que tu m’en fais un comme ça? J’ai hâte d’être grand-mère! »

Ok, garde ton sang froid, c’est vraiment juste une bulle au cerveau… faut lui rappeller que les bébés ne naissent pas dans les choux, que l’histoire des Birds and Bees, c’est juste ce qu’on raconte aux enfants, puis, surtout, lui réexpliquer le fonctionnement du système reproducteur féminin. Bref, qu’il te manque encore une partie de l’équation : un zizi, rattaché à un être humain, qui préférablement, serait ton amoureux. Selon ta situation géographique, culturelle et sociétale, tu peux te permettre une des réponses suivantes :

  • Quand j’aurai un fucking chum!
  • Au nombre de relations sexuelles que j’ai eu dans les 6 derniers mois, je vois pas comment je pourrais tomber enceinte…
  • C’est en chemin, mommy! Faut juste faire les tests pour savoir qui est le père… Je suis pas mal certaine, mais j’hésite encore entre Mathieu, Matthew, et Mathéo. (J’ose le Mathieu international).
  • Mom, ça fait 4 mois que je suis avec Mathieu… peux-tu attendre encore un peu, avant de lui faire peur avec tes questions?

L’intemporelle question de montons’ Jean-Guy, que tu vois une fois par année, et qui crois que tu as 20 ans depuis au moins… 10 ans : Fa’que lààààà, as-tu finis tes études?

  • Ça fait 4 ans, oui.
  • Ben je suis présentement à terminer mon post-doctorat en biochimie moléculaire comportant l’articulation des savoirs dans la gestion environnementale. (Mets n’importe quel mot qui a l’air intelligent, ajoute quelques adverbes et 2-3 mots compte triple au scrabble, pis t’es en business!)

L’amour autour de toi, tu répandras (comme du gros sel sur la glace)

Bref, le temps passe vite. Le temps passe trop vite. Et peu importe le temps qu’il fait ou encore le nombre de gens qui se trouvent autour de votre table, l’important, c’est de célébrer. De souligner les beaux moments passés, les moins le fun aussi. Ceux qui ont été marquants, ceux qui ont été significatifs. Ceux qui t’auront permis d’avancer, de devenir une meilleure version de toi-même.

Parce que c’est un peu ça, être une Jeune adulte responsable : continuer d’avancer, continuer d’apprendre pis grandir. Sans cesse.

L’année 2015 aura été plus que significative et fantasmagorique pour moi. Je prends un instant pour vous remercier, tous. Que vous soyez dans ma vie souvent ou occasionnellement, que vous m’accompagniez en lisant ce blogue, en ramant avec moi ou dans le bateau voisin, en inspirant, en bloguant, en créant, en jasant, en dansant ou juste en étant vous, merci! Je vous love. Gros comme ça… (Bon, vous voyez pas vraiment, mais c’est gros en ta’!)

Je vous souhaite que dernière journée de 2015 qui torche solide! Que 2016 soit encore plus fantastique!

Publicités

2 réflexions sur “Survivre au dernier jour de décembre : le sprint final de l’année

  1. J’aime bien ton blogue ! Merci pour t’es réflexions en tant que bébé adulte responsable de 28 ans en séparation prise deux et en début de carrière en voie de terminer un premier contrat et qui ne sait pas ou elle sera dans 4 mois (avec qui, pourquoi et comment ?), tes textes me font du bien au cœur qui flotte et à la tête qui tourne qui tourne…. Merci et bonne année 2016 à toi aussi 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s