Savoir s’assumer, soi et ses choix

Je suis officiellement rechargée! Parce que malgré tout le bonheur qui se garroche partout chez moi, c’était devenu un peu difficile de gérer ça toute seule. Quand t’as pas personne pour t’aider à vraiment prendre une décision éclairée. Quand tes amies qui te disent « Va falloir que tu en fasses, de la place, dans ta vie, si t’en veux un chum » pis ta mère qui te dit « Repose-toi, tu le sais. Fais attention à toi. » Parce qu’elles te connaissent. Oui. C’est vrai. Pis elles ont fichtrement raison. (Dure dure, la vie de la  Jeune adulte responsable! haha) Mais tu continues à pas trop les écouter parce que tsé, YOLO. J’apprends à passer au YOLO MOLLO. Pour garder un équilibre. C’est drôle, j’avais une idée bien faite en tête au moment où j’ai lancé le blogue. Depuis, il a pris quelques détours. Je teste, et je me rends compte qu’en ce moment, je vous raconte plus mes envies et mes pensées du moment. Parce que je suis en pleine réflexion. Les billets drôles, ce sera pour plus tard!

Dans la phase du devenir Jeune adulte responsable, on fait souvent face à des choix. On veut tout, tout de suite; être partout, pour tout le monde. Puis souvent, on finit par s’oublier, nous. J’sais pas pour toi, mais c’est souvent un combat pour moi. J’ai plusieurs cercles, du monde à la pelletée à aimer et à voir. Et, surtout, je ne veux pas décevoir. Mais un moment donné, si tu veux garder ton équilibre, tu dois t’écouter. Quitte à déplaire un peu.

De toutes les personnes sur la terre, la seule à qui tu dois absolument vraiment plaire, c’est à toi.

Pour ça, faut apprendre à assumer ses choix. T’es un adulte, tu sais ce que tu vaux, tu sais ce que tu fais (ok, peut-être pas TOUT LE TEMPS, mais ça, on y reviendra une autre fois). Quand on était jeune, pis que Maryse la fille qui mange ses crottes de nez appelait pour jouer, c’était facile : on s’inventait des défaites pour ne pas lui faire trop de peine et ça finissait toujours par un « J’peux pas jouer avec toi, ma mère veut pas que je sorte. » Une fois adulte, cette solution, autrefois si salvatrice, est aussi intelligente que de mettre du jus d’orange dans tes céréales. C’est pas la fin du monde, c’est juste un peu cave. Ta mère, elle ne viendra pas te backer. Tu ne peux plus mettre la faute sur quelqu’un d’autre.

Une belle amie que j’adore, Mme Bouguet, un soir de pseudo-auto-psychanalyse (nous, quand on se voit, on se vide le cœur et la tête pis on jase pendant 4 heures sur la vie), m’avait sorti une théorie d’un de ses cours de psycho. Depuis, je l’applique quand je repense à mes choix de vie :

Le choix que tu fais, au moment où tu le fais, reste le meilleur choix. La décision, au moment où elle aura été prise, dans le contexte où tu es (tes émotions, ton emplacement géographique, ton état psychologique), reste la meilleure solution. Ça a été réfléchi et pris en connaissance de cause.

Et faut pas trop analyser non plus. Des « j’aurais dont dû » pis des « si j’avais fait ça à la place », ça ruine le moral plus qu’autre chose. Peut-être, possiblement, qu’un jour tu regretteras une décision. Que tu auras envie de pitcher un flacon de remover là-dessus, pis de frotter fort. Jusqu’à ce que la trace disparaisse pis laisse un peu de couleur sur ta peau, en doux souvenir. Mais tsé, t’es plus que du vernis. Et ça ne sert strictement à rien de regretter. Parce que tous ces choix, toutes ces parcelles de pensées, ces actions t’ont amené où tu es aujourd’hui. Ils ont fait ce que tu es. Pis t’es pas pire pentoute, je pense.

Une tape dans dos, ça fait toujours du bien

J’ai récemment découvert le Pep Talk Generator (encore par le biais du fantastique groupe Les inspirés. Sérieux, je les aime d’amour, je veux tous les marier!) Tu cliques, pis un algorithme basé sur ta personnalité, la couleur de ton teint et de tes cheveux, tes aspirations profondes, tes secrets les mieux gardés, ton journal intime de 1998 et le scan de ta rétine te sort LA petite phrase dont tu as besoin pour continuer ton chemin. Je suis tombée sur ça, en écrivant ce billet :

You are the only person who knows you. You are the only person that can make something happen. You are the only person you’re responsible for. You are the only person responsible for you. You’re the only person who can make yourself truly happy, or truly sad. You are not selfish. This is just your life. Do what’s best for you. – Asha Efia

Cette journée-là, je n’aurais pas pu mieux tomber : « Tu es la seule personne responsable de toi. » « Tu es la seule personne qui peut te rendre vraiment heureuse (ou triste). » On a tous un calendrier qui se rempli. On a tous des choses importantes de planifiées depuis des lunes, des lustres, des lampadaires pis d’autres affaires qui font shiner. Mais à un certain moment, à trop vouloir faire plaisir à tout le monde, on se perd un peu. C’est là que le « Fais ce qui est le mieux pour toi » est important. Et ceux qui t’aiment vraiment, même s’ils sont déçus, vont comprendre. Parce que justement, ils savent que 1) prendre la décision n’a pas été facile puis que 2) c’est pour ton bien que tu la prends. Pis ceux qui t’aiment, ils veulent juste ça, ton bienêtre et ton bonheur.

Dimanche, j’ai dû annuler quelque chose d’important auquel de devais assister à Montréal. J’étais surchargée. Pis j’ai attendu jusqu’à 30 minutes avant mon départ pour me décider, en essayant de me convaincre que ça irait. Mais non. Frustration de ne pas y être, de décevoir. Mais soulagement de savoir que je pourrais respirer un peu. Ce n’était pas le choix que je voulais, mais c’était celui que je devais prendre. Mais j’ai ensuite pris la décision que des choix du genre, il ne fallait plus que ça arrive. Parce que je passe à côté du beau et que je me fais vivre du stress inutilement. J’ai fait le choix de slaquer un peu pour retrouver mon équilibre. (Le principe des règles, faut les appliquer tous les jours de sa vie. Je sais c’est plate, hein? Mais t’as pas le choix… ben oui, un peu… mais bon, hein!)

Tes choix, assure-toi que tu les fais pour toi. Mais que tu les fais aussi pour ceux qui comptent. Sinon, tu passes un peu à côté de la vie. Pis ça, ça se retrouve pas.

Publicités

2 réflexions sur “Savoir s’assumer, soi et ses choix

  1. C’est effectivement plate et même pénible de devoir prendre, à un moment, à un autre ou même souvent, une décision qui est bonne pour soi, ne serait-ce que d’annuler un rendez-vous parce qu’on a tout simplement besoin de recharger ses batteries, tout en sachant que cette décision ne sera pas des plus populaires auprès des gens que l’on « laisse tomber ».

    Le premier piège à éviter, même si c’est parfois comme ça que l’on se sent en dedans, c.-à-d. qu’on est en train de « laisser tomber » des gens en se choisissant soi, c’est qu’il faut faire très attention de ne pas attribuer ou projeter des émotions négatives aux autres qui, en fait, ne les ressentent peut-être même pas, ou du moins pas avec l’intensité que l’on pourrait imaginer.

    Comme tu l’exprimes si bien dans ton article, les personnes qui nous aiment ne veulent que notre bien. Elles ont un droit fondamental d’être déçues dans certaines circonstances, mais elles comprendront et sauront que c’était LA meilleure décision que tu pouvais prendre « pour toi, au moment que tu l’as prise, et qu’elle a été réfléchie et prise en toute connaissance de cause !! »

    Un autre piège à éviter, et c’est dans la langue de Shakespeare que je préfère m’y référer, c’est l’infâme « Fear of missing out ». C’est un vrai fléau à notre époque, car nous sommes sollicités de toutes parts, tout le temps et sur tous nos appareils « branchés » en même temps… À moment donné, comme tu dis, il faut faire des choix et les assumer. Car mieux vaut manquer plein de trucs « qui sont dont ben cool et que je regretterai sûrement pour le restant de mes jours si je n’y vais pas », mais d’être présents à 100% lors d’événements et activités que l’on a vraiment pris le temps de sélectionner avec soin (dans le contexte du moment présent où l’on se trouve), que de faire acte de présence à pratiquement tout, tout le temps, les yeux ben cernés…

    Amitiés,
    Luca : )

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s