Le b.a.-ba de la bienséance : comment faire le bon effet dans un mariage

Quand on devient une Jeune adulte responsable, certaines étapes de vie s’enchaînent rapidement. Fin des études, maison, mariage, bébé. Dans l’ordre ou dans le désordre, comme tu le feels. Depuis quelques années, c’est ce qui se passe dans mon entourage. L’été dernier, on assistait au mariage d’une amie de la gang de l’université. Le premier d’une très probable longue série. (Pas pour elle, mais pour le groupe… Je pense même partir un pool bientôt pour deviner qui sera la next.) Les derniers mariages auxquels j’ai assisté étaient ceux de mes oncles. J’avais genre 9 ans, j’y avais récité un texte et j’y ai eu un rôle de semi-bouquetière, où je m’amusais à essayer de mettre le pied exactement à l’endroit où ma tante avait posé le sien l’instant d’avant, durant sa walk down the aisle. (Tsé, la dummée sur la vidéo qui marche un peu comme un robot, c’est moi!) Bref, cette belle journée de juillet 2014, c’était la célébration de quelque chose de beau pour mon amie, et pour nous, c’était une occasion pour se retrouver, toutes habillées en ladies.

Un mariage, pour moi, c’est avant tout une journée où l’on rassemble tous les gens qu’on aime, tous ceux qui sont importants dans notre vie. C’est une journée pour célébrer l’amour. Mon amie avait demandé à son frère d’être célébrant. Son speech était à la limite du fantastique, la même qui te fait ovuler tellement c’est beau pis plein de ressentis. Il racontait que l’amour, c’est quelque chose de plus grand que soi, dans lequel on s’abandonne avec confiance vers l’autre. Ça m’avait frappé, parce que je venais tout juste de terminer Born Weird, mon deuxième roman de Andrew Kaufman (ben oui, encore lui!). Dans le livre on pouvait lire un principe assez semblable :

“No one gets found in love. Everyone gets lost in it. Because love is overwhelming. Its beyond your control. You have to relinquish control to be in love. And that’s a good thing. There’s a beauty to being lost in something bigger than you.”

Jusqu’au moment du « Oui, je le veux », vivre un mariage, c’est assez facile quand tu es dans le public. Tu ne fais qu’admirer le beau. C’est après que ça peut se corser. Je te propose donc des petites règles à suivre pour ton bien personnel. Histoire que le lendemain matin, au brunch, on ait de beaux mots à dire sur toi.

Choisir sa catégorie, mais pas vraiment

Dans les mariages, il y a différentes catégories de gens. À cela, sache que ce n’est que des remarques et des réflexions de ma part, y’a pas de bonne ou de mauvais catégorie. (Ben, un peu, mais tsé, je suis pas là pour juger! Pis j’entre dans une couple, moi aussi!) En premier de tout, il y a la famille. La famille proche (elle a un veto sur la déco de ton mariage), la famille un peu moins proche (celle que tu veux vraiment voir), la famille éloignée (ton cousin que t’as pas vu depuis 9 ans, mais que tu te sens obligée d’inviter, parce que matante Ginette est là). Ensuite viennent les amis d’enfance (tout le monde les connait et ils arrivent souvent avec leurs 6 enfants), puis les amis d’université (de parfaits inconnus pour la majorité, mais  ils mettent assurément le party dans la place).

Règle 1. Confort et convenance, deux mots clés à retenir

Tu vas passer ta journée debout, un drink à la main; tu vas être assise au soleil durant la cérémonie; encore assise à table pendant que tu te bourres la face dans le filet mignon (ou la lasagne végé); et encore debout, en train de suer ta vie sur le dance floor. Ou ben assise à table, parce que la danse et toi c’est même pas proche de faire 2 tellement vous êtes loin.

Choose your weapon carefully. Ta robe et tes talons, faut qu’ils soient confortables. Pis mets-toi en tête que tu dois être capable de reporter tout ça! La maudite robe trop serrée, plissée, en faux satin cheap qui est agencée à la cravate de ton chum, c’est NON! Juste non! (sauf si c’est ton kit obligatoire de demoiselle d’honneur. Là, t’as pas le choix…) Ne magasine pas trop tôt! (Ni trop tard) On s’entend que 2 à 4 semaines avant, c’est ben en masse! Moi, j’ai fait la gaffe d’acheter une robe sur un coup de tête 2 mois avant le mariage, pis des talons hauts sur un encore plus gros coup de tête. La semaine avant le grand jour, je me retrouve dans la boutique d’un ami parce que ma première robe me tentait de moins en moins. Il me propose d’essayer la plus belle robe Ted Baker au monde, juste pour le fun. Next thing you know, elle était dans mon garde-robe. Pis next thing you know, j’avais abusivement besoin de l’agencer avec des talons rouges… (1 mariage, 2 robes, 4 talons hauts. Ouin!)

 Et quoi qu’il arrive, si jamais ton ZIP pogne dans ta robe, c’est le moment parfait pour te faire amie avec les adorables cousines de la mariée.

Règle 2. Le bar open fait semblant d’être ton meilleur ami

Le bar open, c’est l’illusion d’une bonne idée si tu es incapable de te contrôler. C’est vraiment le fun d’enfiler les rhum and coke et les gin tonic! Mais, alterne avec un bon verre d’eau. On ne voudrais pas que tu tombes du tabouret ou encore que le dentier de la grand-mère se retrouve dans ton verre. Aussi, si tu as une quelconque fonction durant la cérémonie ou la soirée (genre accueillir les gens, faire un speech, chanter, danser du bollywood), limite-toi à deux verres avant.

Règle 3. La piste de dance n’est pas piste de speed-dating

Si tu ne suis pas la règle numéro 2, il est possible que tu finisses accotée au coin du bar, en train de jaser avec le cousin éloigné qui n’était pas vraiment invité, ou encore en train de danser la macarena sur Footloose, en faisant des beaux yeux au meilleur ami du marié. Fais attention à qui tu parles si tu ne connais pas la personne. Des chicanes de famille, ça part en vrille facile, alors évite de tomber sur l’ex de la cousine du voisin qui est allé au primaire avec ta soeur. Ça te scrappe une ambiance! À moins qu’un gars ait le guts de gentiment (et sobrement) t’aborder sur le dancefloor, malgré le fait qu’il ne soit aucunement coordonné, ça vaut pas la peine.

Règle 4. Réagis promptement, de manière socialement acceptable

Les retrouvailles et les rencontres peuvent occasionner de petits (ou de gros) malaises. Si un subvient, soit tu le subis, soit tu en génères un encore plus gros. L’an dernier, j’ai eu la chance d’avoir un call du genre :

– Heille, MC, il est où ton chum, toi? (Bon, relaxe, fille, elle te connait pas tant que ça, pis y’a 10 mois, quand tu l’avais vu, ben tu avais surement mentionné le fait que tu datais un gars.)

À cela, tu as droit à plusieurs réponses possibles :

  1. Euh, ben j’en n’ai pas…. (Mon premier réflexe, poche de même.)
  2. Ben en fait, je l’ai laissé dans mon tiroir. (La réponse que je trouvais drôle et qui est sortie de ma bouche 2 secondes après.)
  3. Je l’ai laissé à la maison, il avait besoin de se recharger les batteries (La réponse un peu plus subtile et wise que j’aurais aimé sortir, mais qui m’est venue en tête 2 minutes plus tard…)
  4. Ben franchement! T’es ben déplaisante! Fais-tu exprès pour me rappeler, DEVANT TOUT LE MONDE, que Mathieu vient de me sacrer là?! * Sortie dramatique avec pleurs, talon coincé dans le gazon, bêchage épique devant toute l’audience.* (Ça, c’est ce qui pourrait arriver si tu ne suis pas la règle numéro 2. FYI,  l’histoire de Mathieu est tout à fait fictive.)

L’important, dans toute cette histoire, c’est de savoir qu’un mariage, c’est avant tout un cadeau que des gens qui s’aiment se font. Pour eux et pour ceux qu’ils aiment. Alors respecte ce qui s’y passe, ce qui s’y dit. Suis la magie, souris, pis enjoy le moment! C’est pas tous les soirs que tu as la chance de faire partie de si beaux moments.

Et si tu suis convenablement ces quelques règles, il est fort probable que tu passes 3 heures de ta soirée loin de tout le monde, assise par terre dans le terrain de golf, à jaser avec le célébrant sur la vie, l’amour, les définitions des normes par la société et le pourquoi qu’on fitte pas dedans, en regardant les étoiles, sur fond de lucioles qui s’envolent.

Merci à Alexandra Jacques Photographe, pour le souvenir de cette journée!

Et merci à mes amis de me permettre d’utiliser leur poses de mannequins. Sont beaux, hein?

Publicités

Une réflexion sur “Le b.a.-ba de la bienséance : comment faire le bon effet dans un mariage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s